Circé : le mythe

Les débuts de Circé…

« Mon nom vous parle encore de légendes anciennes
On m’appelle Circé et je suis magicienne »

Mutatis Mutandis – Les sort de Circé chanté par Juliette

Je vous recommande vivement d’ailleurs d’écouter la chanson, très bel hymne à Circé et vision très juste de l’humanité à mon avis.

Circé est une des rares magiciennes de la mythologie grecque, et sûrement la plus connue. Circé (épervier) est la fille d’Hélios, Dieu du Soleil, et de Perséis, une océanide. Elle est donc la petite-fille de l’Océan. Homère lui donnera le titre de déesse, même si l’Olympe lui a été refusé. Abandonnez l’image d’une vieille sorcière hideuse et vieille. Circé était une jeune femme magnifique, dotée de pouvoirs extraordinaires, comme faire descendre du ciel les étoiles. Elle excellait dans la préparation de filtres, poisons, breuvages et autres potions. Son domaine de prédilection : transformer les humains en animaux…

Son premier forfait fut d’empoisonner son mari le roi des Sarmates. Elle dut trouver refuge en Etrurie, les sujets de l’ancien roi souhaitant la tuer… (là, elle l’a un peu cherché…)

On connait surtout Circé dans son rôle dans l’Odyssée, mais elle était devenue célèbre bien avant (surtout pour sa jalousie maladive et son mauvais caractère).

Elle s’était éprise de Picus, mais ce dernier a repoussé ses avances, lui préférant la nymphe Canens. Il sera transformé en pic-vert (en lot de consolation, il pourra prévenir de la pluie et il sera sacré).

Glaucos, jeune dieu de la cour de Neptune, s’éprend de la charmante Scylla. Or, la jolie nymphe semble insensible à ses feux, ce qui conduit l’amant désespéré à demander l’aide de la magicienne Circé. Cette dernière, prompte à s’enflammer, tente en vain de le séduire. Glaucos repousse ses avances…

Ivre de colère d’avoir été ainsi humiliée, Circé versera une potion dans l’eau où la nymphe à l’habitude de se baigner. Sa terrible vengeance transformera Scylla en un hideux monstre ayant dix ou six têtes suivant les versions munies de trois rangées de dents et dont le corps se terminait par douze pieds… (et là, plus de Glaucos, à moins qu’elle ne l’ait boulotté).

Mais Circé n’est pas seulement la reine des métamorphoses, elle possède un puissant pouvoir de purification, puisque c’est vers elle que les Dieux enverront Jason et Médée pour purifier cette dernière de l’odieux crime qu’elle a perpétré (elle a tué son frère et éparpillé ses morceaux pour couvrir sa fuite). Quand Circé apprendra la nature de leurs crimes, elle les chassera…

Heureux qui comme Ulysse…

Si elle a traversé les âges, c’est surtout grâce à Homère et son Odyssée. Il lui accorde même le tire de déesse que sa naissance lui autorise mais que les Dieux lui refuseront. Tout commence avec Ulysse…
Ulysse et le reste de ses hommes  arrivent sur le territoire de Circé / Kirkè. Homère vous contera la suite mieux que moi…

 » Et nous arrivâmes à l’île Aiaiè, et c’est là qu’habitait Kirkè aux beaux cheveux, vénérable et éloquente Déesse, soeur du prudent Aiètès. Et tous deux étaient nés de Hèlios qui éclaire les hommes, et leur mère était Persè, qu’engendra Okéanos. »
…………..

Et ils trouvèrent, dans une vallée, en un lieu découvert, les demeures de Kirkè, construites en pierres polies. Et tout autour erraient des loups montagnards et des lions. Et Kirkè les avait domptés avec des breuvages perfides ; et ils ne se jetaient point sur les hommes, mais ils les approchaient en remuant leurs longues queues, comme des chiens caressant leur maître qui se lève du repas, car il leur donne toujours quelques bons morceaux. Ainsi les loups aux ongles robustes et les lions entouraient, caressants, mes compagnons ; et ceux-ci furent effrayés de voir ces bêtes féroces, et ils s’arrêtèrent devant les portes de la Déesse aux beaux cheveux. Et ils entendirent Kirkè chantant d’une belle voix dans s’a demeure et tissant une grande toile ambroisienne, telle que sont les ouvrages légers, gracieux et brillants des Déesses. Alors Polytès, chef des hommes, le plus cher de mes compagnons, et que j’honorais le plus, parla le premier :

- Ô amis, quelque femme, tissant une grande toile, chante d’une belle voix dans cette demeure, et tout le mur en résonne. Est-ce une Déesse ou une mortelle ? Poussons promptement un cri.

Il les persuada ainsi, et ils appelèrent en criant. Et Kirkè sortit aussitôt, et, ouvrant les belles portes, elle les invita, et tous la suivirent imprudemment. Eurylokhos resta seul dehors, ayant soupçonné une embûche. Et Kirkè, ayant fait entrer mes compagnons, les fit asseoir sur des sièges et sur des thrônes. Et elle mêla, avec du vin de Pramnios, du fromage, de la farine et du miel doux; mais elle mit dans le pain des poisons, afin de leur faire oublier la terre de la patrie. Et elle leur offrit cela, et ils burent, et, aussitôt, les frappant d’une baguette, elle les renferma dans les étables à porcs. Et ils avaient la tête, la voix, le corps et les soies du porc, mais leur esprit était le même qu’auparavant. Et ils pleuraient, ainsi renfermés ; et Kirkè leur donna du gland de chêne et du fruit de cornouiller à manger, ce que mangent toujours les porcs qui couchent sur la terre. »

Odyssée – Chant 10 – Traduction de Leconte de Lisle

Et voilà l’épisode le plus connu de Circé, transformer les hommes en cochons, mais en leur laissant toute leur conscience… d’un autre côté, est-ce si dur que ça de transformer un homme en cochon???

Ce n’est qu’avec l’aide d’Hermès qu’Ulysse pourra délivrer ses compagnon. En effet le messager des Dieux lui donnera une plante qui le protègera des sortilèges de Circé. Cette dernière, impuissante, va jurer de ne pas lui faire de mal. Et véritable coeur d’artichaut, elle tombe amoureuse du bel Ulysse, qui restera plus d’un an à ses côté (euhhh… et Pénélope dans tout ça?).

Elle lui proposera de régner avec lui, de partager sa connaissance, mais ce dernier souhaite toujours retourner en Ithaque et revoir Pénélope (ouais, après avoir fait un petit héritier à Circé, Télégone, qui tuera plus tard son père sans le connaître…).

Elle aidera cependant Ulysse à rejoindre sa Pénélope, lui expliquant comment ne pas succomber aux sirènes, comment accèder aux Enfers gardés par Hadès pour consulter un devin qui l’aidera a retrouver Ithaque. Et Ulysse repart… (pfff, tous les mêmes).

Pour la suite, certains récits disent que Télégone est allé en Ithaque, a tué son père pour épouser sa mère (un classique). D’autres récits disent qu’Ulysse est retourné mourant chez Circé, et qu’elle l’a transformé en cheval et qu’il a vécu de longues années très heureux. Une troisième version : les Romains prétendront que Circé donnera trois fils à Ulysse, Télégonos, Agrios et Latinos (le père de l’Italie). Elle enverra le premier auprès de son père, rentré à Ithaque depuis plusieurs années. Télégonos le tuera accidentellement et ramènera son corps à Aeaea, ainsi que sa veuve Pénélope et son fils Télémaque. Circé les rendra immortels. Elle épousera Télémaque tandis que Télégonos épousera Pénélope.

D’aucun disent aussi que Circé meurt et que l’île renferme son tombeau. D’autres qu’elle est immortelle. Il est certain que les Dieux lui refuseront l’Olympe de par ses méfaits (pourtant la jalousie, Héra en connaît un rayon!).

Pourquoi Circé?

Et voilà (enfin diront certains…) la fin de notre voyage avec Circé…

Date : entre 1684 et 1686
Artiste : Philippe Magnier

Pourquoi avoir choisi un personnage aussi « malfaisant »?

D’abord replaçons Circé dans son contexte : elle n’est pas plus malfaisante que les Dieux eux-mêmes, ou que certains Héros. Héraklès (Hercule) est vénéré dans tout le monde antique, il a pourtant tué sa femme et ses enfants avant de purger sa peine avec les douze célèbres travaux. Une querelle de déesses a déclenché la guerre de Troie. Les actes étaient plus souvent jugés bons ou mauvais en fonction des personnes que ça gênaient ou arrangeaint.
Dans un monde presque exclusivement masculin, Circé a su s’imposer et faire valoir ses propres intérêts. Non seulement belle, elle était aussi intelligente et instruite. Elle a changé les hommes en animaux, les renvoyant à leur propre animalité. Le nom de son île, Aiaié ou « l’Île des sanglots » semble être l’écho du cri de détresse des âmes qui ont migré dans des corps d’animaux et qui sont effrayées par la déchéance de leur nouveau séjour : « Leur âme gémit sur les prodiges dont elle souffre », écrit Boèce à propos de l’âme des compagnons d’Ulysse enfermée dans les corps de cochons.

Philosophes et chrétiens s’accordent sur l’interprétation du mythe : pour les uns et pour les autres, les vices plongent l’homme dans « les régions de dissemblance » animales, selon la formule plusieurs fois utilisée par saint Ambroise ou saint Augustin qui l’avaient sans doute déjà trouvée chez Platon ; Augustin précise même que ce lieu est une regio gemendi, « une région de gémissement », qui semble retentir des plaintes de l’île de Circé, non sans recouper des lieux parallèles dans les Psaumes.

Passionnée de mythologie, j’ai cherché un personnage qui tissait. Athéna est la « patronne » des tisseuses (Arachnée s’en souvient), mais n’était-ce pas un peu présomptueux d’utiliser son nom? Il y a bien sûr les trois parques, pas très sexy…

Il restait Pénélope… Ah Pénélope… Déjà elle ne brodait pas, elle tissait le linceuil de Laërte… Ensuite pendant qu’Ulysse a vécu avec Naausica, Circé, Calypso et j’en passe, elle est restée fidèle à la maison de nombreuses années. Et à son retour Ulysse à le culot de tuer tous ceux qui lui tournait autour!

Circé faisait de la tapisserie, le plus proche de la broderie, sur un métier enchanté. L’évolution d’une broderie m’a toujours paru magique. Petit à petit le motif se forme, les couleurs apparaissent, et avec de la patience on arrive a un ouvrage somptueux.

Personnage complexe, on la retrouve encore dans les jeux de rôles et les comics. Il existe d’ailleurs deux Circé (une DC Comics et une Marvel sans doute).

Une « gentille », faisant partie de la race des Eternels, elle aurait transformé les compagnons d’Ulysse en porcs pour les punir de leur comportement. Une autre Circé, nettement moins sympathique pour l’humanité (mais nettement plus jolie), qui est l’ennemie jurée de Wonder Woman. Elle n’a aucun scrupule à fomenter les complots les plus terribles pourvu qu’ils lui rapportent. Elle est même à l’origine de la guerre des Dieux (qui a failli détruire l’Univers, ooops).

Alors bonne ou mauvaise?

Pour finir, j’ai choisi Circé pour son indépendance, sa complexité et son talent en tapisserie. Mais surtout, Circé était le nom de la chatte Isabelle à poil long de mon mari. Cette adorable boule de poil m’a détesté dès le premier regard, m’a griffé, mordu, craché dessus, se sauvait quand je l’appelais le soir pour la rentrer, se planquant dans les fourrés épineux, réapparaissant subitement derrière moi (et me foutant une peur bleue). Bref, un amour de chat terrorisant le voisinage, et qui a rejoint le paradis des chats au moment de la création de la société. J’espère juste qu’elle y est bien, et qu’elle ne martyrise pas trop les autres résidents… C’était ma façon de lui dire que malgré tout, je l’aimais bien (même si elle m’a coûté une fortune en collants!).

Elise C

Faites tourner !
  • Digg
  • Sphinn
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Mixx
  • Google Bookmarks
  • email
  • Scoopeo
  • Technorati
  • TwitThis
  • Wikio
  • Wikio FR
  • Twitter
  • viadeo FR
  • Digg
  • Del.icio.us
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • Twitter
  • RSS